Dalila

earis earis

DALILA

Je suis l’esclave et la prostituée,
La fleur que l’on effeuille au festin du désir,
La musique d’une heure et le chant d’un loisir,
Ce qui charme, ce qu’on enlace et qu’on oublie.

 

Renée Vivien, L’éternelle vengeance

Intrépides – Inconstantes
Gainsbourg
Menu