Bouriennes

Bouriennes

 

Je t’aime comme un absolutiste qu’on ne fera jamais changer.

 

Lettre de René Char à Marie-Claude Char

Mécaniques
Virgola
Menu